Εικόνες σελίδας
PDF
Ηλεκτρ. έκδοση

trente ans.

campagne, en revient aussi antique que si elle s'y était oubliée

Le fils méconnaît le portrait de sa mère, tant l'habit avec lequel elle est peinte lui paraît étranger; il s'imagine que c'est quelque Américaine qui y est représentée, ou que le peintre a voulu exprimer quelqu'une de ses fantaisies.

Quelquefois les coiffures montent insensiblement, et une révolution les fait descendre tout à coup. Il a été un temps que leur hauteur immense mettait le visage d'une femme au milieu d'elle-même : dans un autre, c'étaient les pieds qui occupaient cette place; les talons faisaient un piédestal qui les tenait en l'air. Qui pourrait le croire ? les architectes ont été souvent obligés de hausser, de baisser, et d'élargir leurs portes, selon que les parures des femmes exigeaient d'eux ce changement; et les règles de leur art ont été asservies à ces fantaisies. On voit quelquefois sur un visage une quantité prodigieuse de mouches, et elles disparaissent toutes le lendemain. Autrefois les femmes avaient de la taille et des dents; aujourd'hui il n'en est pas question.

Il en est des manières et de la façon de vivre comme des modes : les Français changent de mours selon l'âge de leur roi. Le monarque pourrait même parvenir à rendre la nation grave, sạil l'avait entrepris. Le prince imprime le caractère de son esprit à la cour, la cour à la ville, la ville aux provinces. L'âme du souverain est un moule qui donne la forme à toutes les autres. Montesquieu. .

De Paris, le 8 de la lune de Saphar, 1717.

17. Navigation sur la Glace.

Au commencement de l'hiver, on trace sur la glace le chemin qui conduit de Pétersbourg à Kronstadt : il est indiqué par une allée de hautes balises. De lieue en lieue on trouve des guérites bien chauffées où sont placées des sentinelles qui, dans les temps brumeux, entretiennent des feux de distance en distance et sonnent des cloches dont le tintement prolongé rassure et guide le voyageur. Un restaurateur est établi vers le milieu de la route. Cette innombrable quantité de personnes, de tout âge et de tout sexe, enveloppées dans de vastes pelisses et glissant avec indifférence sur une surface fragile qui les sépare

de l'abîme, offre à l'habitant des contrées méridionales un spectacle étrange, qui jette dans son âme un effroi ignoré des peuples du nord. Mais c'est surtout lorsque sont commencées les courses en bouers, que la rade de Kronstadt présente le tableau le plus animé. Ces bouers sont des canots fixés sur deux lames de fer semblables à celles des patins; une troisième est adaptée sous le gouvernail. Des bancs sont disposés pour les voyageurs autour de cette embarcation qui a un, deux et même trois mâts. Poussés par le vent qui souffle avec force dans cette saison, et dirigés par un pilot habile, ces canots que distinguent des agrès variés et des pavillons de diverses couleurs, volent avec une incroyable rapidité; un soleil pâle laisse tomber sur eux ses rayons sans chaleur; les voiles se déroulent, l'aquilon siffle, le bâtiment s'élance, les matelots, par de savantes manoeuvres cherchent à se devancer, et, en moins d'une heure, un espace de dix lieues est franchi. Ancelot, Six Mois en Russie."

[ocr errors][merged small]

Alfred n'avait pour seule compagnie que la famille d'un bouvier, dont il habitait la hutte. Il y fut reçu d'abord comme un voyageur égaré; mais comme il ne parlait pas de se remettre en route, son hôte lui demanda, au bout de quelques jours, qui il était et ce qu'il cherchait dans cette île inculte et presque inhabitée. Alfred voulant éprouver par un demi-aveu la fidélité du bouvier, ne dévoila pas tout de suite sa noblesse suprême, et se donna seulement pour un des grands de la cour, resté fidèle à la cause désespérée du roi, et conduit par la main de Dieu jusqu'à ce coin de terre inconnu, tandis qu'il cherchait à éviter la vengeance des vainqueurs et le spectacle de sa patrie déchue. Ce fut assez pour émouvoir le patriotisme et la pitié du pâtre Saxon : il voulut garder le fugitif auprès de lui et le soigna aussi généreusement que le lui permettait sa propre misère.

Il n'avait pas fait part à sa femme des confidences de son hôte et elle mit involontairement à une rude épreuve l'humilité d'Alfred, C'était un dimanche, dit fort exactement la chronique : le pâtre alla conduire son troupeau au pâturage, et Alfred resta assis auprès du foyer, nettoyant son arc et ses fèches. It était absorbé dans ce travail

, ou plutôt dans les tristes pensées, qui naissaient dans son âme à la vue de ses armes, naguère l'espoir de tout un peuple et la terreur des Danois, mais probablement condamnées désormais à ne plus conquérir, pour le monarque abandonné, que la nourriture de chaque jour, au lieu de gloire. Cependant la femme du bouvier, ne supposant pas de si graves distractions à l'étranger mal vêtu qu'elle avait laissé au coin du feu, avait compté sur lui pour surveiller et pour retourner au besoin quelques pains placés sur la cendre chaude. Retenue elle-même hors de la cabane par d'autres soins, elle vit avec colère, à son retour, qu'Alfred n'avait pas bougé de sa place, tandis que les pains brûlaient déjà ; et elle s'écria vivement : “Homme ! qui que tu sois, à quoi penses-tu donc? es-tu trop fier pour retourner nos pains ? Tu ne veux pas y faire attention maintenant, mais je sais bien, que tu voudras en manger tout à l'heure !" Alfred avait déjà eu le temps de réfléchir à tout ce que lui avait couté son ancien orgueil : il eût été malséant de s'y laisser aller encore en cette occasion. Il se résigna à la familiarité brutale de la femme du bouvier, lui rendit, sans même lever la tête, le service qu'elle reclamait, et profita si bien de cet avertissement, que les pains confiés à sa vigilance n'étaient, quand il les remit à l'exigeante ménagère, ni brisés ni trop cuits; et plus tard, lorsqu'il faisait à ses amis le récit de ses mésaventures, il parlait toujours avec une gaieté sereine et douce de la pauvre paysanne qui avait commis, sans le savoir, quelque chose comme un crime de lèse-majesté. Guizot.

[ocr errors][merged small]

Puisque nous avons la liberté de promener nos yeux sur tous les points de la carte, arrêtons-les sur la ville de Narbonne. Voyez la Méditerranée, qui étend, non loin de là, ses flots bleuâtres sur des rives sablonneuses. Pénétrez dans cette cité, semblable à celle d'Athènes ; mais pour trouver celui qui y règne, suivez cette rue inégale et obscure, montez les degrés du vieux archevêché, et entrons dans la première et la plus grande des salles.

Elle était fort longue, mais éclairée par une suite de hautes fenêtres en ogive dont la partie supérieure avait conservé les vitraux bleus, jaunes et rouges, qui répandaient une lueur mystérieuse dans l'appartement. Une table ronde énorme la remplissait dans toute sa largeur, du côté de la grande cheminée ; autour de cette table, couverte d'un tapis bariolé, et chargée de papiers et de portefeuilles, étaient assis et courbés sous leurs plumes huit secrétaires occupés à copier des lettres qu'on leur passait d'une table plus petite. D'autres hommes debout rangeaient les papiers dans les rayons d'une bibliothèque, que les livres reliés en noir ne remplissaient pas tout entière, et ils marchaient avec précaution sur le tapis dont la salle était garnie.

Malgré cette quantité de personnes réunies, on eût entendu les ailes d'une mouche. Le seul bruit qui s'élevât était celui des plumes qui couraient rapidement sur le papier, et une voix grêle qui dictait, en s'interrompant pour tousser. Elle sortait d'un immense fauteuil à grands bras, placé au coin du feu, allumé en dépit des chaleurs, de la saison et du pays. C'était un de ces fauteuils, qu'on voit encore dans quelques vieux châteaux, et qui semblent faits pour s'endormir en lisant, sur eux, quelque livre que ce soit, tant chaque compartiment est soigné: un croissant de plumes y soutient les reins ; si la tête se penche elle trouve ses joues reçues par des oreillers couverts de soie, et le coussin du siége déborde tellement les coudes, qu'il est permis de croire que les prévoyants tapissiers de nos pères avaient pour but d'éviter

que

le livre ne fit du bruit et ne les réveillât en tombant. Mais quittons cette digression pour parler de l'homme qui s'y trouvait et qui n'y dormait pas. Il avait le front large et quelques cheveux fort blancs, des yeux grands et doux, une figure pâle et effilée à laquelle une petite barbe blanche et pointue donnait cet air de finesse, que l'on remarque dans tous les portraits du siècle de Louis XIII. Une bouche presque sans lèvres, et nous sommes forcés d'avouer que Lavater regarde ce signe comme indiquant la méchanceté à n'en pouvoir douter, une bouche pincée, disons nous, était encadrée par deux petites moustaches grises et par une royale, ornement alors à la mode, et qui ressemble assez à une virgule par sa forme. Le vieillard avait sur la tête une calotte rouge; il était enveloppé dans une vaste robe de chambre, portait des bas de soie pourprée, et n'était rien moins qu'Armand Duplessis, Cardinal de Richelieu.

Il avait très-près de lui, autour de la plus petite table dont il a été question, quatre jeunes gens de quinze à vingt ans : ils 'étaient pages ou domestiques, selon l'expression du temps, qui

signifiait alors familier, ami de la maison. Cet usage était un reste de patronage féodal demeuré dans nos moeurs. Les cadets gentilshommes des plus hautes familles recevaient des gages des grands seigneurs, et leur étaient dévoués en toute circonstance, allant appeler en duel le premier venu au moindre désir de leur patron. Les pages dont nous parlons rédigeaient des lettres dont le Cardinal leur avait donné la substance; et, après un coup d'oeil du maître, il les passaient aux secrétaires, qui les mettaient au net. Le vieux duc, de son côté, écrivait sur son genou des notes secrètes sur de petits papiers, qu'il glissait dans presque tous les paquets avant de les fermer de sa propre main.

Il y avait quelques instants qu'il écrivait, lorsqu'il aperçut, dans une glace placée en face de lui, le plus jeune de ses pages traçant quelques lignes interrompues sur une feuille d'une taille inférieure à celle du papier ministériel ; il se hâtait d'y mettre quelques mots, puis la glissait rapidement sous la grande feuille qu'il était chargé de remplir à son grand regret; mais, placé derrière le Cardinal, il espérait que sa difficulté à se retourner l'empêcherait de s’apercevoir du petit manège qu'il semblait exercer avec assez d'habitude. Tout à coup Richelieu, lui addressant la parole sèchement, lui dit: “Venez ici, monsieur Olivier."

Ces deux mots furent comme un coup de foudre pour ce pauvre enfant qui paraissait n'avoir que seize ans. Il se leva pourtant très vite, et vint se placer debout devant le ministre, les bras pendants et la tête baissée.

Les autres pages et les secrétaires ne remuèrent pas plus que des soldats lorsque l'un d'eux tombe frappé d'une balle, tant ils étaient accoutumés à ces sortes d'appels. Celui-ci pourtant s'annonçait d'une manière plus vive que les autres.

Qu'écrivez-vous là ?

Monseigneur ce que votre Eminence me dicte." * Quoi ? "

Monseigneur, la lettre à Don Juan de Bragance, “ Point de détours, monsieur; vous faites autre chose.”

Monseigneur,” dit alors le page, les larmes aux yeux,«c'était un billet à une de mes cousines."

“Voyons-le."

Alors un tremblement universel l'agita, et il fut obligé de s'appuyer sur la cheminée en disant à demi-voix :

« ΠροηγούμενηΣυνέχεια »