Εικόνες σελίδας
PDF
Ηλεκτρ. έκδοση
[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]
[ocr errors][merged small]

Page 1, line 7. débarrasser' instead of débarasser:

15,

7. pas' instead of par.'

26,

22. vigoureux' instead of vigoreux.'

бо, ,

34. douairières' instead of "douarières.'

99,

5. enflure' instead of enfleure.'

197,

2. 'hangar' instead of hungar.'

243,

4. pas' instead of par.'

frencb Reader.

PREMIÈRE PARTIE.

1. Le Lion et le Rat.

Un lion dormait à l'ombre d'un arbre. Un rat monta étourdiment sur son corps, et le réveilla. Le lion l'ayant attrapé, le pauvre malheureux avoua d'abord son imprudence, et lui en demanda pardon. Le roi des animaux ne voulut point se déshonorer en le tuant; mais il lui donna la vie, et le laissa aller. Ce bienfait ne fut pas perdu. Quelque temps après, le lion tomba dans des filets; et ne pouvant s'en débarasser, il remplissait la forêt de ses rugissements. Le rat accourut, et reconnaissant son bienfaiteur, il rongea les mailles des filets, et délivra ainsi le lion.

Ne punissez pas une petite faute, même si vous le pouvez; la clémence soumet les cours les plus insensibles : observez aussi, que la patience et l'assiduité du rat accomplirent plus que la colère et la violence du lion.

2. Le Manant et i Oie aux aufs d'or. Un manant avait une oie qui lui pondait tous les jours un cuf d'or. Il crut follement qu'il y avait dans le ventre de cette oie une mine de ce précieux métal, et il la tua pour s'enrichir tout d'un coup. Mais quelle fut sa surprise quand,

B

ayant ouvert son oie, il trouva seulement, au lieu d'or, ce qu'il y a dans les oies ordinaires. Il perdit par sa convoitise des richesses médiocres, pour avoir voulu obtenir tout d'un coup d'immenses trésors.

Modérez vos désirs : car bien souvent on perd tout, quand on veut trop avoir.

3. La Laitière et le Pot au Lait. Une laitière s'en allait à la ville avec son pot au lait sur la tête. Elle marchait à grands pas, et comptait déjà dans sa pensée l'argent qu'elle ferait de son lait. Comment l'emploieraije pour le mieux ? disait-elle. J'aurai certainement bien une pièce de trente sous de mon lait

. J'en acheterai d'abord des oeufs; ces cufs me feront des poulets, que j'éleverai. La petite cour de notre maison est tout-à-fait commode pour cela; mes poulets y seront en sûreté. En vendant mes poulets, j'aurai de quoi avoir une truie, qui me fera des petits cochons. Les cochons ne coûtent presque rien à engraisser, et j'en vendrai bien le lard. Après cela, pourquoi n'acheterais-je pas une vache? J'aurais assez d'argent pour cela. La vache me fera un veau. Quel plaisir de voir sauter le veau dans la prairie! Là-dessus la laitière sauta aussi de joie : le pot au lait tomba; et toute sa fortune fut répandue avec le lait.

4. L'Huitre et les Plaideurs.

Un jour que deux hommes voyageaient sur le bord de la mer, ils trouvèrent une huître. Tous deux voulaient l'avoir. L'un se baissait déjà pour la ramasser ; l'autre le poussa, en disant, Il faut voir qui l'aura; elle appartient de droit à celui qui l'a vue le premier. Sur ce pied-là, dit l'autre, je dois donc l'avoir, car c'est moi qui vous l'ai montrée. Oh, j'ai de bons yeux, Dieu merci, reprit le premier ; j'ai bien vu quelque chose de loin, et même je pensais que ce pouvait être une huître. Pendant qu'ils disputaient, arrive le procureur d'un village voisin : nos voyageurs le prennent pour juge. Notre juge écoute attentivement les parties; il ouvre gravement l'huître, et la gobe. Puis leur présentant à chacun une écaille : L'huître était bonne, messieurs, leur dit-il; allez, vivez en paix.

« ΠροηγούμενηΣυνέχεια »